tribunal mafia est

Un expert en cambriolage dénonce le système et vous livre :

  • Les 2 erreurs que font 95% des victimes
  • Les 3 facteurs dont vous avez le contrôle pour ne pas être volé
  • 6 raisons pour qu’un vendeur d’alarmes ne vous dise pas toute la vérité
  • La grande faille de la télésurveillance
  • La seule condition pour qu’une alarme soit efficace
  • Les 3 comportements à ne surtout pas avoir quand une alarme sonne
  • Une vidéo qui prouve la manipulation des chiffres
  • Les confessions d’un voleur repenti.

 

Dans le marché de la sécurité des domiciles, l’offre est abondante, et pourtant, les cambriolages augmentent.

Vous faites peut-être partie de ces personnes excédées qui pensent à se défendre elles-mêmes.

La légitime défense est un des sujets qui souffre de maintes légendes urbaines.

A juste titre, les victimes en mesure d’en user, ont peur de le faire, par crainte de se retrouver elles-mêmes derrière les barreaux.

C’est le monde à l’envers.

Pour éviter un cambriolage, la plus grande des tentations est de miser sur l’espoir que cela n’arrive qu’aux autres.

Ou de s’en remettre à l’Etat, qui, ces derniers temps, semble plus préoccupé à assurer sa propre sécurité, face à la colère qui gronde et la crise sanitaire.

La troisième voie ?

Faire confiance aux sociétés qui assurent que les systèmes d’alerte dissuadent les voleurs « lambda ».

Cela est vrai, si tant est que les voleurs soient encore « lambda ».

 

Cambriolage : ces réseaux de l’Est qui opèrent en France

Par Erwan Seznec

Publié le 23/11/2018 à 15:45

Sources : https://www.marianne.net/societe/cambriolage-enquete-reseaux-venus-est-france

 

Comment ne pas devenir une option alléchante pour les criminels

 

Contrairement aux clichés, les voleurs ne cherchent pas qu’à voler les très riches.

C’est comme les « grands » braqueurs de banques, cela n’existe plus.

Ils cherchent des cibles faciles, dans une logique de rendement.

Trois cibles modestes faites en 7 minutes chrono chacune dans une cité-dortoir en zone gendarmerie, valent mieux qu’une cible aisée, dure à atteindre, en zone police (intervention plus rapide).

Il faut comprendre comment les cambrioleurs voient votre maison, les détails tout bêtes qui leur sautent aux yeux, et ce que les honnêtes gens ne voient pas.

S’ils vous choisissent, c’est qu’ils ont une raison

 

L’erreur numéro 1 est d’imaginer que cela n’arrive qu’aux autres.

Qu’avec une maison modeste, on estime n’avoir « rien à voler ».

En réalité, les voleurs vous choisissent pour des signes de faiblesse apparente.

Vous êtes une opportunité.

« Rien à voler », ou pas, avez-vous vraiment envie qu’ils viennent vérifier ?

Pour qu’ils « passent leur chemin », cela demande une méthode.

Soyons francs, faire l’autruche n’en fait pas partie.

En revanche, il y a trois facteurs sur lesquels vous avez le contrôle :

  • Prendre conscience que l’ennemi n’est pas un amateur. Certaines sources avancent que les mafias sont responsables de 50 % des cambriolages.
  • Analyser votre habitation avec le regard d’un spécialiste, avant de décider vos investissements. Vous éviterez les dépenses superflues.
  • Faire échouer les criminels qui ont su s’adapter à la sécurité électronique.

 

Parlons de DÉFENSE du domicile et à domicile.

 

Défense parce que le concept de « sécurité » est devenu abstrait car servi à toutes les sauces.

Les uns pour vendre tout et n’importe quoi « assurances, alarmes, obsèques… ».

Les autres, pour instrumentaliser votre peur en vue de se présenter aux élections.

La vérité c’est que personne ne peut assurer réellement votre sécurité.

En revanche, vous êtes libre d’adopter un état d’esprit et une méthode que 95 % des gens n’appliquent pas et convaincre 80 % des voleurs de ne pas vous prendre pour cible.

Pour les autres, « s’ils veulent rentrer, ils rentreront ».

Vous allez comprendre comment les faire sortir ;

  • Les mains vides,
  • Dans les 15 premières secondes,
  • Avec la leçon de leurs vies
  • Et votre maison dans leurs listes noires

Et cela :

  • Même s’ils sont nombreux et que vous êtes seul
  • S’ils sont jeunes et que vous êtes vieux
  • Sans arme, sans violence, sans être vu
  • Avec un système, accessible à toutes les bourses.

 

En savoir plus sur l’arme anti-cambriolage

 

C’est la « jungle » pour les consommateurs

 

Commercialement parlant, la sécurité est souvent résumée à l’acquisition de matériel, des abonnements à vie saupoudrés de quelques conseils de bon sens.

Les particuliers qui souhaitent s’équiper, ont parfois le sentiment d’être noyés face aux choix qui se proposent à eux.

Ou bien souvent, à l’illusion du choix…

Lorsque que l’on demande des conseils, l’analyse et les prescriptions faites par les « conseillers » sont souvent faites de manière partiale.

Pour plusieurs raisons :

  1. Il faut prêcher pour sa paroisse, le produit est le seul proposé par l’entreprise, le choix n’est donc pas à l’ordre du jour (société de télésurveillance).
  2. Il y a un stock dont l’artisan ou la grande surface veut se débarrasser en vue de l’arrivée d’un nouveau modèle. La pression est mise sur les vendeurs pour promotionner ses produits en particulier.
  3. Certains produits complexes nécessitent des frais de mains d’œuvre et de maintenance nécessaire à la survie de l’artisan. Ils seront privilégiés aux dépens des systèmes plus simples qui peuvent être potentiellement suffisants.
  4. D’autres professionnels privilégient l’affinité par rapport à une marque parce qu’ils entretiennent de bonnes relations avec leurs grossistes. Ils ne jugent pas nécessaire de comparer. Les bonifications, voyages de fin d’année, et autres systèmes de marge arrière, ne favorisent pas l’objectivité…
  5. Certains grands organismes de type bancaire, dont le cœur de métier se situe en dehors de la sécurité, proposent leurs services de surveillance comme une vente additionnelle à l’assurance habitation. C’est une bonne idée en apparence. Mais après avoir entendu le témoignage poignant d’une victime ; vous comprendrez que vous risquerez de vous retrouver au centre d’un conflit d’intérêt.
  6. Face aux clients qui se pensent « bien renseignés » et qui cherchent le moins cher, les mauvais vendeurs jouent la prudence en les « caressant dans le sens du poil ». Ils ne bousculent pas les certitudes du client avec une prescription plus adaptée.

La cause ? Le fameux complexe du prix, l’ultra concurrence etc.

L’essentiel pour eux est d’être sûrs de conclure l’affaire.

 

Dans la sécurité, on ne vend pas un « sentiment de bien-être ».

Les amateurs vendent pour rassurer.

Il ne s’agit pas de mettre quelques détecteurs ici et là.

Aucun client ne devrait s’estimer à 100% satisfait tant que son système n’a pas fait ses preuves sur le terrain.

Le commercial honnête est celui qui osera vous contredire et vous corriger si votre sécurité en dépend.

Il se refusera de vendre s’il le faut.

Vous investissez, mais vous n’avez aucun contrôle !

La vérité c’est que l’alarme et la télésurveillance, n’ont pas de capacité de protection en soi.

Elles reposent à 100 % sur un système.

Ce système, vous ne le contrôlez pas.

À savoir :

  • L’intervention rapide des forces de l’ordre
  • La collecte et le traitement des preuves matérielles
  • La réalisation de l’enquête
  • L’arrestation des suspects
  • Les jugements rapides, impartiaux et sévères…
  • L’application des peines.

 

À la suite de leurs plaintes et témoignages, les victimes n’ont aucune capacité d’agir dans les procédures engagées.

Pour la justice, elles doivent remettre leur confiance en un système qui a échoué à les protéger…

Seuls 13% des cambriolages sont élucidés

Dans une enquête, publiée en 2013, la Direction Générale de la Police Nationale (DGPN) explique en effet que seules 13% des affaires de cambriolages parviennent à être résolues.

Et insiste dans cette même enquête sur la nécessité de prendre le maximum de précautions en amont pour éviter de retrouver son domicile « visité ».                                                                           Source : Sécuritas Direct

Preuve de la manipulation des chiffres

Lien : https://youtu.be/eTJHxhFguws

 

L’erreur numéro 2 : Vous croire en sécurité parce que vous avez une bonne alarme et une porte blindée.

Les criminels profitent de LA FAILLE DE TOUS LES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ.

La voici ;

A la suite d’un déclenchement d’alarme avec intrusion confirmée, les délais d’intervention des forces de l’ordre sont souvent supérieurs à 20 minutes en zone gendarmerie, 7 à 15 minutes en zone police.

Or, la durée moyenne d’un vol est entre 3 et 7 minutes.

Mathématiquement, ils ont le temps de faire ce qu’ils veulent chez vous.

Ils le savent et en profitent.

La sirène ?

Elle ne sert qu’à leur mettre un « coup de stress » pour agir vite.

Certes, vous êtes averti, cela fait du bruit,

cela alerte tout le monde.

Mais elle n’est pas le facteur déterminant qui va faire échouer le vol AVANT l’intervention des forces de l’ordre…

Qui plus est, en l’absence de sirène extérieure, les techniques pour étouffer le bruit ne manquent pas.

L’honnêteté oblige à admettre que l’alarme devient utile si vous avez établi un réseau de solidarité fort avec vos voisins.

À condition, qu’ils soient présents et prêts à risquer leurs vies pour intervenir face à des criminels potentiellement dangereux et en surnombre.

En général, quand une alarme sonne, le propriétaire alerté a le choix entre trois scénarios courants :

  • Arriver trop tôt pour faire face aux agresseurs.
  • Arriver trop tard pour constater les dégâts.
  • Être présent et subir une agression.

 

Pour enfoncer le clou, les malveillants sont confortés dans leurs actes pour les raisons suivantes :

  • Les victimes n’ont pas les moyens matériels de se défendre à distance.
  • Ils savent que la légitime défense est mal comprise, les gens ont peur que la loi se retourne contre eux.

Ce n’est pas faux.

  • Les victimes sont dans leur routine et prises par l’effet de surprise.

 

Les cambrioleurs sont organisés, spécialisés, déterminés, potentiellement violents et itinérants.

Suivant les secteurs géographiques, les forces de l’ordre souffrent d’être en sous-effectifs.

Parfois animées de forts soupçons, elles manquent de preuves. Quand il y en a, les photos et les vidéos sont souvent inexploitables (usage de gants, cagoules, mauvaise qualité).

 

Les prisons sont pleines, les peines inférieures à deux ans sont moins appliquées.

Beaucoup de récidivistes sont dans la nature, habités d’un sentiment d’impunité.

 

Globalement, le contexte général tend vers l’insurrection, certains s’attendent à plus grave.

Ils pensent que l’Etat n’est plus en mesure d’assurer la sécurité de tous.

Les choses ne semblent pas s’améliorer.

Les personnes les plus lucides se préparent.

À quoi précisément ? Nul ne le sait vraiment.

Mais une chose est sûre ; il reste la morale et les principes.

Et le principe de base c’est :

 

PERSONNE NE DOIT RENTRER CHEZ VOUS.

 

Les « trucs et astuces » pour dissuader les voleurs opportunistes ne suffisent plus.

L’acte d’achat de solutions standardisées non plus.

Les professionnels sans conscience résument le métier à la mise en œuvre d’une obligation de moyens.

Aujourd’hui face à de tel criminels, nous avons une obligation de résultat !

Les solutions sur mesure sont à privilégier.

Avant d’investir, il faut le bon état d’esprit.

Vous êtes déjà converti ? : vous aurez les fondamentaux pour bâtir sur du roc.

Néophyte ? : la sécurité et la protection du domicile peuvent s’apprendre.

 

Faites un choix personnel

 

1 – Fermer les yeux et s’exposer à être une victime en devenir. Renoncer à ses responsabilités en la mettant sur le dos d’un (ex ?) Etat providence.

2- Ou convaincre l’ennemi de chercher une proie plus facile.

Si vous choisissez la deuxième solution, vous serez aidé maintenant.

Accéder gratuitement à la méthode pour analyser et défendre votre domicile.

Cette approche vous distinguera de la masse amorphe.

Pour des méthodes de préparation plus « poussées », à destination des personnes qui veulent se préparer et discerner les choses en vue d’un scénario plus grave.

Pour ceux qui veulent un audit sécurité en vue de l’acquisition d’un bien immobilier (la délinquance est un des facteurs importants de la dévaluation d’un bien).

Consultez-nous.

Dans toute méthode structurée, la première étape est la connaissance des principes fondateurs de la sécurité du domicile.

 

Vous allez comprendre en lisant gratuitement :

 

« Les confessions d’un cambrioleur ».

C’est inédit, un ex-voleur vous y apprend comment vous protéger des cambriolages.

Lucas Prouteau / www.qualiforce.com